Actualités

Ce qui change en 2018 pour vos prestations retraites ou invalidité

La loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 augmente le taux de la contribution sociale généralisée (CSG) qui passe de 6,60 % à 8,30 %.

Cette hausse de la CSG est intégralement déductible du revenu imposable (soit une déductibilité de 5.90 % sur les 8.30 %).

Cette augmentation ne concerne ni les prestataires exonérés de CSG, ni ceux qui sont redevables du taux réduit de 3.80 %.

Le nouveau taux de CSG s'appliquera à compter du 1er janvier 2018 ; les rappels de prestations relatifs à une période antérieure au 1er janvier 2018 resteront soumis au taux de CSG de 6.60 %.

Appel de cotisations 2018 et déclaration de revenus 2017

Nous vous invitons à télécharger la lettre qui a été adressée à tous les affiliés en décembre 2017 en cliquant ici

Pour vous inscrire sur le portail de net-entreprises.fr vous devez être en possession de votre numéro SIRET qui correspond à l’identifiant unique de votre entreprise attribué par l’INSEE et composé de 14 chiffres (dont les 9 premiers constituent le SIREN).

Vous pouvez retrouver votre numéro SIRET dans toutes les correspondances adressées par votre URSSAF. C’est également ce numéro qui vous permet d’accéder à votre espace personnel auprès de L’URSSAF (identifiant).

Pour toute difficulté, un service d’assistance peut être contacté au 0 820 000 516 (du lundi au vendredi de 8h30 à 18h00).

Anticipation retraite de décembre

A l'approche des fêtes de fin d'année, le versement de votre retraite du mois de décembre 2017 fera l'objet d'un ordre de virement sur votre compte dès le 22 décembre 2017. Nous vous souhaitons une très belle année.

Revalorisation des retraites

Suite à la revalorisation des retraites de 0,8% à compter du 1er octobre 2017 :

  • la valeur de service du point du régime de base passe de 0,5626€ à 0,5672€
  • la retraite de reversion minimale est de 3433,72€ par an soit 286,14€ par mois.

Assurés sinistrés des ouragans des Antilles

La carpimko soutient ses adhérents :

  • en aménageant les modalités de versement des cotisations.
  • en proposant des recours d'urgence dans le cadre du Fonds d'Action Sociale.

La Carpimko, après avoir suspendu le paiement des cotisations 2017 avec la régularisation du régime de base 2016 à compter d'octobre dernier, en raison des circonstances exceptionnelles, sollicite leur règlement avant le 31 janvier 2018 par virement bancaire.

Nous vous précisons que ces mesures ne peuvent concerner que les personnes à jour de cotisations ou respectant un échéancier de règlement avant le sinistre. La caisse est toujours prête à étudier toute demande de délais de paiement qui lui parviendrait par courrier ou par mail.

Pour être étudiée, votre demande peut être faite par téléphone au :

  • 00 33 1 30 48 10 24
  • 00 33 1 30 48 10 32
  • 00 33 1 30 48 11 20
  • ou par e-mail : fas@carpimko.com

De nouveaux services sur votre espace personnel

A partir de mars 2017, il est possible :

  • de consulter et de télécharger de nouveaux documents (appel de cotisations, attestation fiscale, ...)
  • d'adresser un message à la caisse.

Pratiques abusives de démarchage

Des affiliés nous signalent régulièrement être démarchés par des personnes se recommandant de la caisse pour les inciter à souscrire à des services divers.

La Carpimko rappelle qu'elle n'a délivré aucun mandat de ce type.

Réforme du régime complémentaire :

Depuis le 1er janvier 2016, les conditions de liquidation de la retraite complémentaire sont modifiées comme suit :

 

  • alignement de l'âge d'ouverture du droit à la retraite complémentaire ainsi que l'âge du taux plein sur ceux du régime d'assurance vieillesse de base, soit respectivement à 62 ans et 67 ans pour les assurés nés à compter du 1er janvier 1961. Pour les générations nées avant le 1er janvier 1961, des dispositions transitoires sont prévues leur permettant de bénéficier d'un départ avant 62 ans et avant 67 ans selon la génération concernée ;
  • révision des abattements en cas de retraite anticipée pour les fixer à 1,25% par trimestre d'anticipation pour les générations 1956 et suivantes ; pour les générations nées avant 1er janvier 1956, les abattements actuels sont maintenus à raison de 4% par année d'anticipation d'âge par rapport à l'âge du taux plein auquel s'ajoute 0,25% par trimestre manquant pour pouvoir liquider la retraite de base à taux plein, dans la limite du nombre de trimestres séparant de l'âge de 65 ans.
  • institution d'une majoration égale à 1,25 % par trimestre civil entier d'ajournement en cas de prise d'effet de la retraite au-delà de l'âge du taux plein.

La cotisation volontaire des anciens conjoints collaborateurs : Suite à la parution du décret n° 2015-769 du 29 juin 2015, les conjoints collaborateurs dont le professionnel libéral a cessé de cotiser au régime d'assurance vieillesse obligatoire peuvent continuer à acquérir des droits en cotisant à titre volontaire. Ces nouvelles modalités s'appliquent à compter du 1er juillet 2015. Nous vous invitons à vous reporter à la rubrique  Le conjoint collaborateur

Dématérialisation : vos obligations

En 2018, si votre revenu d'activité non salariée 2017 excède 3973 €, vous devez :

Le non respect de ces nouvelles obligations expose à l'application d'une majoration de 0,2%.


REGIME DE BASE : Réforme des retraites

La loi n° 2014-40 du 20 janvier 2014 a modifié des dispositions relatives aux retraites dont les principales mesures sont les suivantes :
  • allongement progressif de la durée d'assurance pour l'obtention d'une retraite à taux plein ;
  • report de la revalorisation annuelle de la pension du régime de base du 1er avril au 1er octobre ;
  • harmonisation des règles de cumul emploi-retraite tous régimes ;
  • dispositifs de retraite anticipée améliorés (carrières longues – assurés handicapés et aidants familiaux) ;

Nous vous invitons à vous reporter aux rubriques :


Cumul activité / retraite

La loi du 20 janvier 2014 a modifié le dispositif du cumul activité-retraite.
Nous vous invitons à vous reporter à la rubrique suivante : La retraite > Cumul activité retraite

Conjoints collaborateurs

Depuis le 1er juillet 2007, le conjoint qui participe régulièrement à l'activité d'un professionnel libéral doit opter pour l'un des trois statuts suivants : conjoint collaborateur, conjoint associé ou conjoint salarié.
Le statut de conjoint collaborateur entraîne l'obligation de cotiser aux régimes de retraite (base et complémentaire) du professionnel libéral et depuis le 1er juillet 2011 au régime d'assurance invalidité décès.

La loi du 20 janvier 2014 a ouvert la possibilité pour les anciens conjoints collaborateurs de cotiser volontairement au régime de base des professions libérales dans certains cas.
Pour plus d'informations : vous reporter à la rubrique Le conjoint collaborateur

Information sur la retraite

La loi du 21 août 2003 portant réforme des retraites a instauré le droit, pour tout assuré, d'être régulièrement informé sur sa future retraite. Pour ce faire, elle a créé un Groupement d'intérêt public, le Gip-Info-Retraite, qui réunit les 35 organismes de retraite légalement obligatoires.
Ce droit s'est concrétisé depuis fin 2007 par l'envoi chaque année d'une estimation indicative globale (EIG) de la future retraite et d'un relevé individuel de situation (RIS) des droits acquis dans tous les régimes, selon un calendrier fixé par génération.
C'est l'organisme auprès duquel l'assuré a été affilié en dernier lieu qui assure l'envoi de ces deux documents.
Les classes d'âges concernées, en 2018, par ces envois systématiques sont les suivantes :
  • Pour le RIS , les personnes nées en 1968, 1973, 1978 et 1983.
  • Pour l'EIG, les personnes nées en 1953, 1958 et 1963.
Quels que soient la situation, ou le parcours professionnel ...
chacun peut désormais ouvrir son compte retraite sur le site :

Pénibilité

Dans la perspective des rendez-vous sur les retraites, la CARPIMKO a mené en 2008 une enquête sur la pénibilité des cinq métiers qui lui sont rattachés. L'institut LH2 a rendu des conclusions très intéressantes. Pas moins de 1500 auxiliaires médicaux ont été interrogés sur leurs conditions de travail. Les conclusions sont très claires : les auxiliaires médicaux aiment particulièrement leur métier, mais des contraintes physiques et psychologiques sont bien présentes dans leur exercice au quotidien. Vous pouvez directement consulter les résultats de cette enquête :
Consulter la synthèse de l'enquête

RAPPEL DES OBLIGATIONS D'AFFILIATION A LA CARPIMKO

Contrairement aux informations erronées et trompeuses qui circulent suite à un arrêt de la Cour de Justice de l'Union européenne du 3 octobre 2013, il est rappelé que cette décision ne change en rien la nature des activités poursuivies par la sécurité sociale française, ni ne modifie l'obligation de cotiser auprès de celle-ci. Un récent arrêt de la Cour de Cassation en date du 18 juin 2015, confirme que le recouvrement des cotisations trouve son fondement dans le cadre des règles d'ordre public. Les assurés déboutés de leur contestation devant les tribunaux et la Cour d'appel sont lourdement sanctionnés au titre de dommages-intérêts à régler à la Carpimko en sus de leurs cotisations.